Warner Music vendu pour 2,6 milliards de dollars

25 novembre 2003 Par a-ha France. - 852 lectures

Maison de disque du groupe a-ha...


NEW YORK (Reuters) - Le groupe américain Time Warner (NYSE: TWX - actualité) a annoncé lundi la vente de sa filiale Warner Music, maison de disque de A-Ha, Madonna, Bjork et R.E.M, à un groupe d'investisseurs mené par l'homme d'affaires canadien Edgar Bronfman Jr pour 2,6 milliards de dollars.



Cette décision, qui permettra à Time Warner de réduire son endettement, était attendue après les rumeurs en ce sens qui avaient couru en fin de semaine et l'annonce lundi matin de l'abandon officiel du britannique Emi, numéro trois mondial du disque.



En Bourse, Time Warner gagne 1,6% à 15,80 dollars vers 15h30 GMT, dans un marché en hausse de 1%.



Warner Music, qui regroupe les labels Warner Bros, Atlantic, Elektra, Rhino et Word, est le numéro quatre mondial du disque, derrière Universal Music, Sony Music et Emi. Elle a dégagé un chiffre d'affaires de 4,2 milliards de dollars au titre de l'exercice clos fin décembre 2002, correspondant à une part de marché de 11,9%.



Le groupe d'investisseurs mené par Edgar Bronfman a été choisi de préférence à Emi qui proposait un milliard de dollars mais pour la seule activité musique enregistrée de Warner Music.



En choisissant l'offre initiée par Edgar Bronfman, Time Warner renonce aussi à quelque 250 à 300 millions de dollars d'économies qui auraient été possibles en mariant Warner avec Emi, mais cela est largement compensé par le prix beaucoup plus élevé proposé par l'équipe Bronfman, qui rachète en outre la totalité de Warner Music, y compris les activités d'édition musicale.



En outre, cette opération devrait susciter moins de difficultés auprès des autorités de la concurrence qu'un mariage de deux groupes déjà présents dans la musique. Les projets de rapprochement d'Emi avec la concurrence, une première fois avec Warner Music déjà et une seconde fois avec l'allemand BMG, ont été refusés par deux fois ces dernières années par les autorités de la concurrence.



LES VENTES DE DISQUES NE CESSENT DE BAISSER

L'équipe constituée par Edgar Bronfman, qui comprend plusieurs grandes maisons américaines de capital-risque comme Thomas H. Lee Partners, Bain Capital et Providence Equity Partners, estime qu'elle peut elle aussi réduire les coûts et redresser Warner Music et faire repartir les ventes.



L'équipe aura du pain sur la planche. La vente de Warner Music intervient dans un contexte difficile pour l'industrie musicale qui doit faire face au piratage, à la concurrence de la musique téléchargeable sur internet, mais aussi des loisirs moins onéreux tels que les DVD et les jeux vidéos. Les ventes de disques devraient afficher une baisse pour la quatrième année d'affilée en 2004.



Edgard Bronfman n'est pas un néophyte dans le monde musical. L'ancien PDG de Seagram a commencé dans le métier en écrivant des chansons pour des artistes comme Céline Dion. C'est lui qui était à la tête de Seagram quand le groupe canadien de boissons a racheté en 1995 le groupe MCA (Universal) au japonais Matsushita Electric Industrial pour 5,7 milliards de dollars.



Sous sa houlette, Universal Music avait acquis Polygram en 1998 auprès du néerlandais Philips (Amsterdam: PHG.AS - actualité) - pour 10,4 milliards de dollars - pour créer le numéro un mondial du disque avant de revendre le tout trois ans plus tard au français Vivendi (Paris: FR0000127771 - actualité) à la faveur du boom spéculatif autour des valeurs des télécoms, de l'internet et des médias.



Une décision qui s'est avérée malheureuse. La famille Bronfman a vu alors fondre sa fortune. Quand Vivendi a remis en vente cette année ses activités dans le divertissement, Edgar s'était porté candidat, mais c'est finalement le groupe NBC, propriété du conglomérat General Electric (NYSE: GE - actualité) qui l'emporta.



Face à l'environnement très concurrentiel dans lequel évolue, l'industrie du disque les fusions se multiplient. Ce mois-ci Sony Music, filiale du japonais Sony et le groupe allemand BMG, maison de disques de Bertelsmann, ont décidé de se rapprocher.



Warner Music avait vendu le mois dernier sa filiale de fabrication de BVD et de CD au canadien Cinram International pour 1,05 milliard de dollars.



Time Warner pourra racheter jusqu'à 15% de Warner Music à tout moment pendant les trois années suivant la conclusion de la vente à l'équipe Bronfman et jusqu'à 20% "dans certaines circonstances".